Les derniers articles par DavidB (tout voir)

Parmi toutes les nouvelles choses que Disney fait avec Star Wars pour le rendre durable pour les années et les décennies à venir, maintenant que la série principale est terminée, il y en a une qui est assez différente du reste et qui a piqué ma curiosité. Je veux parler de Star Wars Visions.

Je ne serais pas surpris si vous ne savez pas ce que c’est. Je n’en entends étrangement pas beaucoup parler dans les médias sociaux, surtout comparé à n’importe quelle autre chose estampillée Star Wars qui voit la lumière du jour. Est-ce parce qu’il s’agit d’animation ? Aucune idée.

Mais c’est dommage, car c’est probablement le projet Star Wars le plus original depuis des années, voire des décennies. Mais est-il bon ? C’est ce que nous allons voir ici. Mais avant cela, répondons à la question :

Qu’est-ce que Star Wars Visions ?

Comme je viens de le mentionner, c’est de l’animation et plus précisément, c’est de l’animation japonaise, et c’est aussi Star Wars.

Il s’agit essentiellement d’une série de courtes histoires animées (aucun épisode ne dépasse 20 minutes) et qui sont indépendantes les unes des autres. Elles ont toutes été créées par des équipes et des studios différents, mais qui ont une chose en commun : ils sont japonais.

Ce choix peut paraître étrange à certains, mais je pense qu’il est logique à bien des égards.

Tout d’abord, de nos jours, les animé sont très populaires en Occident. Je peux me tromper, mais la jeunesse d’aujourd’hui semble s’y intéresser encore plus qu’aux productions locales.

Pour l’anecdote, comme vous le savez peut-être, je vis au Japon (mais je ne regarde des animé pratiquement qu’avec mes enfants et je ne lis pas de mangas). Et on peut vraiment diviser les Français qui vivent ici en deux groupes générationnels. Les personnes de plus de 40 ans sont généralement arrivées au Japon et se sont intéressées au pays pour diverses raisons, la première étant les arts martiaux (le karaté et le judo sont très populaires en France depuis bien longtemps) et divers éléments de la culture traditionnelle (fabrication de bonsaïs, cérémonie du thé, etc.).
D’autre part, presque tous les Français qui vivent au Japon et qui ont moins de 40 ans y sont arrivés à cause des mangas et des animé. Les jeunes ont parfois même du mal à comprendre ce que je fais dans le pays quand je leur dis que je n’ai qu’un intérêt très limité pour la pop culture japonaise. D’ailleurs, si vous vous demandez, je suis arrivé au Japon par pur hasard, donc je ne suis pas vraiment le Français typique vivant dans le pays.

Fin de l’aparté.

Ronin dans Le Duel

Donc, oui, les animé sont plus populaires que jamais dans de nombreux pays occidentaux, mais je pense que ce n’est pas la seule raison pour l’existence de Star Wars Visions. L’autre raison pourrait bien être le Japon lui-même !

Comme vous pouvez l’imaginer avec sa population et son PIB, le Japon est un marché énorme. Et Disney le sait.
Il le sait très bien, car Disney aussi est énorme au Japon :

  • Les films traditionnels de Disney sont aussi populaires au Japon que partout ailleurs. En termes de merchandising, je suis tenté de dire qu’ils sont encore plus populaires qu’en Occident (je ne me souviens pas que presque tous les enfants occidentaux avaient des vêtements, des sacs, etc. sur le thème de Disney).
  • Pixar pourrait être un peu plus populaire, mais il l’est quand même pas mal. Toy Story, Cars et plus sont, par exemple, très très populaires auprès des jeunes enfants.
  • Marvel ? Comment vous expliquer la popularité de Marvel au Japon ? Marvel n’y est pas énorme, il y est gigantesque ! Par exemple, j’enseigne à des étudiants d’université, et la grande majorité d’entre eux sont obsédés par Marvel. Ou devrais-je plutôt dire le MCU ? En fait, la plupart d’entre eux ne savent même pas qu’il existe une chose appelée Marvel Comics, ce qui donne souvent lieu à des réactions confuses ou abasourdies lorsque je leur dis que j’étais un inconditionnel des comics Marvel en grandissant. En termes de merchandising, le nombre d’articles portant uniquement le logo Marvel et rien d’autre est assez impressionnant sur le campus et ailleurs. Cela existe-t-il seulement en Occident ?
    Une dernière chose : le Japon était connu pour avoir ses sorties de films américains six mois après le reste du monde (comme l’Europe avant l’avènement de l’internet). C’est Disney et surtout Marvel qui ont réussi à changer la chose. Je me souviens qu’à la sortie de Thor Ragnarok (l’un des premiers films à être sorti au Japon en même temps que le reste du monde), c’était même inclus dans la campagne promotionnelle du film, avec Chris Hemsworth lui-même le mentionnant dans les pubs dans un japonais assez approximatif – et blaguant sur le nom de son personnage en japonais : « Soh. »
  • Et puis il y a Star Wars

Star Wars aussi était énorme… autrefois…
Les gens de 40 et 50 ans était très fans, comme en Occident. Les trentenaires aussi, mais un peu moins. Les jeunes générations savent à peine ce que c’est.

Une fois de plus, je parlerai du merchandising car… eh bien… c’est un facteur très parlant quand on parle de popularité et de pop culture au Japon. Probablement le facteur le plus révélateur, en fait. C’est, après tout, grâce au merchandising que Pokémon et Hello Kitty sont devenus les deux plus grandes franchises au monde. D’ailleurs, Hello Kitty existe-t-elle vraiment en dehors du merchandising ?

Donc, quand The Force Awakens est sorti, le merchandising Star Wars était littéralement partout. On pouvait acheter à peu près tout ce qui vous passait par la tête avec un logo ou un personnage de Star Wars dessus. On avait l’impression d’être revenu au début des années 80. L’offre était énorme, mais quelle était l’ampleur de la demande ?
Eh bien, lorsque The Last Jedi est sorti, il y avait encore pas mal d’articles de merchandising disponibles, mais clairement pas autant.
Pour The Rise of Skywalker ? Presque rien du tout.

Je n’ai pas de chiffres concrets, mais j’ai le sentiment que le renouveau de Star Wars issu de la nouvelle trilogie n’a pas réussi à trouver un nouveau public au Japon. Je ne suis même pas sûr que The Mandalorian soit très populaire ici. Je ne me souviens pas qu’un étudiant m’en ait jamais parlé. Et ils adorent me parler de la culture pop occidentale quand ils s’y intéressent. Les enfants ? Ils ne connaissent pas vraiment Star Wars, ou seulement comme quelque chose que leurs parents regardent.

En termes de box-office, le dernier film de Star Wars a avoir battu des records au Japon est The Phantom Menace (21e place aujourd’hui, mais 5e lors de sa sortie). On retrouve aussi The Force Awakens à la 26e position. Les autres films sont bien plus bas dans le classement (pas dans le top 40).

C’est pourquoi je pense que si Star Wars Visions est une expérience artistique intéressante d’un point de vue occidental, il s’agit aussi très certainement d’une tentative de relancer la côte de popularité de Star Wars au Japon de la part de Disney, car elle en a bien besoin.

Cela va-t-il marcher ? Aucune idée. Je l’espère un peu.. Peut-être que Star Wars a simplement sauté une ou deux générations. Les jeunes adultes japonais ne s’intéressent pas à Star Wars, mais peut-être que la génération suivante le fera ? Nous verrons.

OK, mais après cette longue introduction, ce que vous voulez savoir est probablement ceci :

Est-ce que Star Wars Visions est bon ? Est-ce que ça vaut la peine de le regarder ?


Eh bien… Cela dépend.

Êtes-vous un fan inconditionnel de Star Wars ?

Si vous l’êtes, je me doute que vous allez le regarder quoi qu’il arrive. Vous l’avez probablement déjà fait. Le reste de cet article ne vous concerne donc pas, sauf si vous voulez savoir si vous êtes d’accord avec moi ou non sur la teneur de chaque histoire.

Un grand avertissement cependant : si vous êtes obsédé par le canon, vous allez peut-être avoir des problèmes avec certains épisodes. Et personnellement, je pense que vous ne devriez pas être obsédé par le canon. Le canon, c’est pour les religions, pas pour les œuvres de fiction.

Vous aimez les animé ou l’animation en général ? Vous êtes graphiste ?

Si oui, vous devriez absolument regarder ce projet. Je ne sais pas si vous aimerez ou non, mais ça éveillera votre intérêt pour sûr.

Tous les autres ?

Eh bien… Euh… Ça dépend.

L’intérêt de ce genre de projet est aussi son principal problème.
La plupart des épisodes sont très différents les uns des autres qu’il est impossible de généraliser un « oui, c’est génial » ou « non, c’est nul » pour l’ensemble du projet..

Il y a donc à boire et à manger. Certains épisodes sont vraiment bons, d’autres moins. Mais surtout, je dirais que tous les épisodes ne sont pas faits pour tout le monde. Vous pouvez détester un épisode que j’adore, et être très fans d’un épisode qui ne me parle pas.

Je vais vous donner mon avis sur chacun d’entre eux en quelques lignes, en espérant que cela vous aidera à choisir quels épisodes regarder si vous êtes curieux du projet mais que vous ne voulez pas prendre le temps de le regarder en entier.

J’ai cependant une critique qui s’applique à la plupart des épisodes. Les histoires ne sont pas très originales. Beaucoup d’entre elles sont des récits très archétypaux qui sont simplement appliqués à l’univers Star Wars par des Japonais.
Je comprends un peu pourquoi. Quand on a moins de 20 minutes pour raconter une histoire complète avec des personnages complètement nouveaux, il est difficile de raconter une histoire totalement originale et nouvelle. Les archétypes, ça sert à ça aussi. Mais c’était parfois un peu frustrant, un poil plus d’originalité aurait rendu la chose bien meilleure je pense.

Il y a donc neuf épisodes. Voici ce que j’ai à vous en dire.

Le Duel

Un premier épisode intéressant. J’aime vraiment son style visuel. Il ne ressemble pas à ce à quoi je pense lorsque j’entends le mot « animé » (maintenant, je ne suis qu’un spectateur assez occasionnel. J’ai aimé l’histoire et le reste dans l’ensemble, mais c’est vraiment l’histoire habituelle du ronin qui defend un village contre des méchants, le tout avec un maquillage Star Wars dessus.
Mais c’est quand même très intéressant. Et surtout, une grande partie de l’inspiration de Star Wars vient de vieux films japonais, en particulier les films de samouraïs de Kurozawa. Donc il y a un peu une sensation de boucle bouclée. Comme vous allez le voir, plusieurs histoires vont utiliser ce retour aux sources comme motif.

Note : 4 sur 5.

Tatooine Rhapsody

Honnêtement, je n’ai pas aimé. Un peu trop « farfelu » et trop cliché à mon goût. De plus, le fait qu’il met en scène beaucoup de personnages familiers (c’est le seul épisode qui le fait) lui nuit plutôt que de l’aider, je pense. Cela dit, Star Wars s’adresse aussi aux enfants, et je suis presque sûr que celui-ci est destiné aux enfants ou aux jeunes ados, et qu’ils l’aimeront beaucoup, surtout s’ils sont déjà des fans de Star Wars. Comme je disais plus haut, tous les épisodes ne sont pas pour tout le monde.

Note : 1.5 sur 5.

Les Jumeaux

Je me suis endormi devant. Je n’ai pas vraiment envie de le revoir un jour. Juste pas mon truc.

Note : 0 sur 5.

La Mariée du Village

À mes yeux, le meilleur épisode de la série. Et celui qui marie le mieux le style animé avec l’univers Star Wars. Il me rappelle beaucoup certains des premiers films de Ghibli, autant dans l’univers que dans le ton (je pense ici à Nausicaä et Princesse Mononoke) et il ressemble aussi à une histoire de Star Wars en même temps. Je le recommande chaudement.

Note : 5 sur 5.

Le Neuvième Jedi

L’histoire est-elle originale ? Non, pas vraiment. Elle est même très prévisible (elles le sont toutes un peu). Ai-je apprécié ? Oui, énormément. C’est probablement la plus « Star Wars » de tous les épisodes.
C’est paradoxalement mon reproche principal. Ca cela signifie également que c’est l’histoire qui semble la moins « expérimentale » et la plus « ordinaire » de tous les courts de Star Wars Visions. Ce n’est pas exactement une critique, mais un sentiment que cette histoire est un peu à part dans ce projet.
En fait, il ressemble vraiment à une introduction à quelque chose de plus grand. Est-ce le cas ? Aucune idée, mais je ne serais pas totalement surpris si l’un des projets futurs et actuellement secrets, y compris les « vrais » films, était lié à cette histoire d’une manière ou d’une autre.

Note : 4 sur 5.

T0-B1

(prononcez à l’anglaise: « Tee Obee one »)

Une histoire très mignonne qui ressemble à un hommage à la fois à Star Wars et à Tezuka. Mignon est vraiment le mot-clé ici. Une histoire principalement pour les enfants. Ou pour les gens qui aiment les choses mignonnes.

Note : 3.5 sur 5.

L’Ancien

Encore une fois, rien d’extraordinaire en termes d’intrigue, mais une histoire néanmoins très captivante. Je pense que c’est probablement celle qui présente le meilleur équilibre entre Star Wars et un certaine « japonaisité ». Mélange que l’on retrouve dans beaucoup d’histoire de Visions. Ça fonctionne parfois bien, parfois moins bien. Je pense que c’est dans cette histoire que ça fonctionne le mieux.

Note : 4 sur 5.

Lop & Ochō

J’ai aimé. Le personnage principal va avoir beaucoup de fans (et sera revisité à l’avenir ?). Une autre histoire qui mélange le Japon et Star Wars d’une manière très intéressante, puisque le cadre est essentiellement l’Empire Galactique colonisant une planète qui est à peu près indiscernable du Japon d’Edo.
Faut-il y voir une métaphore de l’ère Meiji, cette période de la fin du XIXe siècle où le Japon a dû s’ouvrir au monde et où il est passé en un demi-siècle d’un pays médiéval à un pays moderne, mais ceci en perdant une certaine partie de son identité ? Peut-être.
L’histoire et les personnages sont très riches et assez étoffés pour une histoire aussi courte (ils sont aussi assez archétypaux, ce qui aide), mais malheureusement, le rythme était un peu trop rapide pour l’histoire qui est racontée. Un format beaucoup plus long lui aurait été bénéfique.

Note : 4 sur 5.

Akakiri

Hmmm… Je ne sais pas trop quoi en penser. Je n’aime pas trop l’aspect visuel. Et si l’histoire est un hommage clair à La Forteresse Cachée, l’une des principales inspirations de Star Wars, elle ne ressemble pas vraiment à une histoire de Star Wars. C’est aussi un peu le même problème qu’avec la première histoire, Le Duel, mais ici c’est encore plus prononcé. La seule chose qui lui permet d’être « Star Wars » est que le protagoniste principal et l’antagoniste principal ont des sabres laser, et c’est à peu près tout. Tout le reste est du Japon médiéval avec quelques extraterrestres parsemés ici et là.

Note : 2.5 sur 5.
Kara dans Le Neuvième Jedi

Conclusion

Comme vous le voyez, il y en a pour tous les goûts, même si on retrouve pas mal de points communs entre elles.
J’ai le sentiment que certaines histoires pourraient être des sortes d’épisodes pilotes pour des projets beaucoup plus importants. Est-ce le cas ? Eh bien, si le but de cette expérience est de faire venir un nouveau public japonais à Star Wars et que ça marche, peut-être que oui. Et au moment où je tape ces lignes, 15 jours environ après sa sortie, Star Wars Visions est en tête du Top 15 de Disney+. Donc le pari est-il réussi ?
Nous verrons bien.

Sources illustrations : site officiel de Star Wars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *